Lhommeassis_72ppp_668x351

Cie Yma

L’Homme Assis

Dans le cadre d’une soirée partagée avec le spectacle Traces (Cie Sans Titre production), deux solos se faisant échos !

 

En partenariat avec La Canopée

 

Partant de l’univers de l’Homme occidental et du constat que celui-ci vit assis, la compagnie Yma développe un langage autour des gestes quotidiens du travail, associés à cette position. Une posture, propice au contrôle des émotions, qu’Orin Camus donne à voir à travers une danse ciselée et précise, où il ne s’exprime parfois qu’avec un seul muscle, une seule articulation. Une danse graphique qui nous emporte dans la frénésie de la vie moderne…

> Suivi d’une rencontre avec l’équipe artistique

Chorégraphes : Orin Camus et Chloé Hernandez

Interprète : Orin Camus

Création lumière : Sylvie Debare

Création Vidéo : Orin Camus

Crédit Photo : Rémy Nelson Borel

Chargée de Production: Catherine Njine

Production : Compagnie YMA

En collaboration avec l’O.A.R.A (Office Artistique de la Région Nouvelle-Aquitaine) / le conseil départemental du Lot-et-Garonne / le théâtre « Côté Cour » de Mézin / l’Espace d‘Albret de Nérac et « Espaces Pluriels » (scène conventionnée danse théâtre Pau/Béarn). En compagnonnage avec le CDC Cuvier d’Artigues (Centre de Développement Chorégraphique). En aide à la compagnie à la D.R.A.C Aquitaine (Directions des Affaires Culturelles d’Aquitaine). Avec le soutien de la Mairie de Mézin.

 

Le chorégraphe

Formé au conservatoire de Toulouse, Orin Camus découvre en parallèle la danse hip hop. Il poursuit sa formation en danse contemporaine au CNDC d’Angers. Il travaille ensuite auprès de chorégraphes tels que Paco Decina, Valérie Rivière ou encore Mohamed Shafik et enseigne et chorégraphie au sein du collectif C dans C. En 2012, il fonde l’association Yma, compagnie de danse et projet de résidence de création ouverte aux artistes de toutes disciplines avec Chloé Hernandez. Quelque soit l’impulsion première, la musique, la vidéo, la lumière et la danse font partie intégrante du processus de recherche de la compagnie. Le travail du corps, lui, joue avec les rythmes naturels des émotions, recherche l’expressivité du geste, les interprètes explorent les mouvements propres à leur personnalité, se mettent en relation à l’autre, à l’espace et aux autres arts.

 

image002

 

 

Retour aux rendez-vous de la biennale